Une centaine de caravanes envahissent le terrain de rugby des Pennes-Mirabeau

Une centaine de caravanes envahissent le terrain de rugby des Pennes-Mirabeau

« Ce n’est pas un esprit. » Michel Amiel, maire de Pennes-Mirabeau a exprimé l’attitude de cette communauté évangélique qui a repris illégalement le terrain des amis des Cadeneaux samedi après-midi. « Ils déplacent les blocs de béton qui bloquent le sentier, et une centaine de caravanes s’installent dans la pelouse, même s’il y a des entraînements de rugby ! ».

Juste devant ce terrain de rugby, la colère n’est pas tombée chez les riverains : « Des touristes se sont déplacés depuis décembre légèrement vers le bas dans le parking, ça a commencé à faire beaucoup d’agitation », ont témoigné les riverains.

Pour Eric de s’ennuyer : « l’année dernière, ils ont fait les travaux, ils ont abîmé la pelouse, on a fait des pas pratiques, avec des ornières partout. Rien n’a été fait pour les empêcher de finir » fulmine Eric, habitant de la stade.

« J’ai vu des entraîneurs expérimentés au bord des larmes. » (René Bagarry, président du club de rugby)

Pour le président du Rugby club, René Bagarry, ce fut un grand drame et une grande déception : « après l’ère du Covid, on pensait tous jouer du temps ensemble, le tournoi est prévu pour ce samedi. Je vois les entraîneurs discuter en douces larmes. « Nous sommes impuissants et impuissants. , comme il y a deux ans, quand les touristes avaient enlevé pendant un mois sa saleté, les toilettes chimiques n’importe où sur la pelouse.  » Le président ne savait même pas s’il serait en mesure d’organiser sa fête de club le 3 Juillet.

Sources :