Handball : La Réunion s’invite à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN)

Handball : La Réunion s’invite à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN)

Ils devaient être trois. Au final, ce ne seront que deux des 974 handballeurs qui se rendront au Cameroun pour la prochaine Can (8-18 juin), où ils joueront pour Madagascar.

Dans le football, Barea a ouvert la voie en élargissant le spectre de recrutement à une poignée de retrouvailles malgaches. Un bel exemple de réussite qui a permis à la sélection « gaz » de prendre part à la première phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en juillet 2019 en Egypte.

Inspirée par ce modèle, la Fédération malgache de handball a également décidé de demander à ses émigrés une autre canette, qui aura lieu du 8 au 18 juin à Yaoundé, au Cameroun. Ainsi, quatre joueurs réunionnais ont été contactés. Morgane Auguste (Sainte-Marie) faisait partie de la présélection mais a échoué au cut. Pour Annick Randrianasolo (JSB), ses sœurs Anne-Gaëlle (HBF Saint-Denis) et Sandrine Mardaye-Imboula (HBF Saint-Denis), le rêve africain commence à prendre forme. Jusqu’à samedi premier nommé…

« Les dirigeants m’ont appelé pour me dire que pour des raisons budgétaires, ils ont réduit le groupe de 16 à 14. Donc je ne démissionne pas. C’est évidemment une grosse déception, mais je suis fier d’avoir ma sœur là-bas. C’est mieux que rien », se console l’aile supersonique de JSB, Annick Randrianasolo (30 ans), originaire d’Antananarivo, la ville d’où sont originaires ses parents. « Ce sera la prochaine fois », espère-t-elle.

Pourtant, pour sa petite sœur Anne-Gaëlle, 22 ans, c’est une excellente nouvelle qui a fait surface ces dernières heures. « Au départ, nous devions décoller lundi (hier), mais nous avons raté le test Covid donc nous allons enfin monter dans l’avion mercredi soir », a déclaré le défenseur central de la HBF. Après un long voyage de 24 heures qui les conduira à travers Paris avant de se diriger vers le Cameroun, les deux repas pourront rejoindre leurs nouveaux coéquipiers à partir de jeudi soir. Cinq jours avant le début du tournoi.

« Nous nous sommes déjà rencontrés sur les réseaux sociaux. Ils attendent notre rencontre avec impatience, déclare Sandrine Mardaye-Imboula (41 ans), formée à l’ASMJC Saint-Louis et actuelle nounou HBF Saint-Denis. Bien sûr l’impatience commune. « Nous n’en sommes pas encore là, pourtant il est déjà fort ! Ce sera mon premier événement international. Génial. Un rêve d’enfant devenu réalité », se réjouissent les portes HBF.

Grâce à son ascendance malgache grâce à son arrière-grand-mère maternelle, le jeune quadra ne cache ni sa joie ni sa fierté, pour bientôt évoluer sous les couleurs de ses ancêtres. « C’est un grand honneur. C’est aussi un bel hommage à ma famille. Je n’ai pas hésité un instant lorsque l’occasion s’est présentée », avoue Sandrine.

Alors que la sélection féminine de Mada s’apprête à honorer la première phase finale de la Can, les représentants de Madagascar se sont tournés vers La Réunion (2 joueuses), Mayotte (1 joueuse) et métropole (4 joueuses) pour renforcer leur efficacité. Dans le groupe A, Madagascar affrontera le plus haut niveau africain avec les dauphins en titre, le Sénégal, la Tunisie et la Guinée. Avec l’Angola, multiple champion du continent, comme ultra-favori de la compétition.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans votre Quotidien digital du 1er juin

A lire sur le même sujet